Que de réussites célèbres sont nées d’une simple idée. Parties d’une simple observation. De la nécessité de progresser. De la volonté de révolutionner les mentalités ou de changer le monde. Parfois, plus prosaïquement, par simple paresse. Que d’empires ont commencé dans une petite chambre de bonne, par des hommes brillants qui, souvent, n’avaient pas fait d’études mais qui avaient en eux cette graine de succès qui ne demandait qu’à germer !

Bien sûr, la liste des inventeurs est longue…Nul n’ignore ce qu’ont accompli Einstein ou Picasso mais qui sait que Steven Spielberg, aujourd’hui à la tête d’un empire cinématographique, a été refusé tant de fois par les écoles de théâtre et de cinéma ? Que Walt Disney travaillait sur la ferme paternelle et n’était guère encouragé par sa famille pour suivre des cours de dessin, sans valeur à leurs yeux ? Qui connaît l’histoire de Stephen King, que les problèmes de santé ont confiné à la solitude, d’où émergea un nombre incalculable d’histoires fantastiques souvent parties de faits réels ? Stephen King dont le  roman « Carrie » a été refusé plus de 30 fois ! Quel bel exemple de ténacité !

Qui ne connaît pas Henri Ford, issu lui aussi d’une famille de fermiers, ce simple machiniste devenu, grâce à son inventivité, un homme d’affaires redoutable dont l’entreprise génère des profits se comptant en centaines de milliards de dollars ? Lui, qui a démocratisé la voiture pour la rendre accessible aux familles plus modestes, était-il prédestiné à ce destin ?

Que dire de Mark Zuckerberg, le co-fondateur de Facebook, application aujourd’hui indispensable, au même titre que Google ou Apple dans leurs domaines respectifs ?  Comment Elon Musk le président de PayPal a-t-il voulu révolutionner le  paiement des achats prévoyant même de créer, dans le futur, une monnaie intergalactique ?  Et que penser de Jeff Bezos et de  l’indétrônable monopole d’Amazon qu’il a édifié ou encore de Travis Kalanik qui a fait de Uber, un nouveau modèle proche des besoins du consommateur ?

Qu’ont donc en commun tous ces brillants fondateurs ?

Souvent issus d’un milieu social défavorisé, d’un environnement ordinaire, ils sont pourtant sortis du lot et ont  tenté l’aventure. Peut-on mettre cela uniquement sur le dos du destin ?

À la base, ils ont tous observé le monde qui les entourait, remarqué les déficiences et les manques, ce qui n’avançait pas sur le bon chemin, ce qui était obsolète, ce qui n’évoluait pas dans le sens de la demande et des besoins. Puis, des idées et des concepts sont nés de ces observation. Enfin, ils ont connecté les fils, étudié la faisabilité pour les plus rigoureux et souvent bricolé dans un recoin obscur, avec les moyens du bord, sans trop se poser de questions.

Ce qui les définit, ce qu’ils ont en commun, ce sont ces qualités  que l’on retrouve chez chacun d’entre eux : tout d’abord la passion, cet engagement émotionnel ou obsessionnel pour ce en quoi ils croyaient si fort, sans lequel rien n’est possible. De la pugnacité ensuite, devant les inévitables échecs, cette patiente ardeur dans le combat, qui leur a permis de ne pas lâcher prise. Ils se sont montrés résilients, persévérants devant les refus, combatifs. Quand ils sont tombés, ils se sont relevés. Quand on leur a dit non, ils ont cherché un oui.

Plus tard, ils ont su raconter leur histoire, leur aventure, leur raison de vivre parfois, devenir des modèles, susciter l’admiration et créer cette culture d’entreprise qui les suivra, avec toute une ribambelle de gens, marchant dans leurs traces et prêts à les suivre. La « fan attitude » dans toute sa splendeur !

Ils ont construit des multinationales, ils se sont faits un nom, attirant parfois les requins avides, ce qui, loin de les détruire, les a rendus encore plus forts, parfois malgré les inévitables cicatrices. Ils ne savaient pas qu’ils écrivaient leur destin et qu’ils changeraient la face du monde. Eux, ils avançaient avec leurs doutes et leur foi.

Pourtant, au départ, tout est né de cette petite étincelle, de cette idée. Ils ont  ont marché  les yeux bandés, mais sans jamais se défaire totalement de la conviction qu’il fallait avancer, qu’ils étaient sur la bonne route, celle qui mène à la réussite, et que succès ou pas, ils avanceraient.

Dans le monde, il existe des êtres qui ont cette fibre entrepreneuriale innée, d’autres qui ont les idées mais ne savent comment les réaliser mais savent s’entourer. La réunion des deux est la clé.

Entourez-vous de créativité, de cette boîte à idées qui renferme votre futur, vos peut-être et vos possibles. Je ne sais qui a dit  » les idées sont les racines de la création » mais comment résumer davantage les fondements de la réussite?

N’oubliez pas qu’ à l’origine du triomphe, il y a l’idée, cette semence sans laquelle il n’y a pas de fleur…

Related Post

Post Not Found.

Leave a Comments